Quand le cinéma donne envie de changer le monde...

Pour votre recherche, nous avons trouvé :

  • Autour du 1er mai : 30 résultats

    base des films qui interrogent la société

  • Médiathèque A. Sayad : 26 résultats

    musée de l’histoire de l’immigration

  • Cedidelp : 25 résultats

    médiathèque des mouvements sociaux

  • Autres Brésils : 22 résultats

    décryptage de la société brésilienne pour un public francophone

  • Socioeco.org : 3 résultats

    site ressources de l’économie sociale et solidaire

  • BED (Bretagne et diversité) : 2 résultats

    films emblématiques de la diversité culturelle dans le monde

  • L’école est à nous  ! Ou comment Jean Zay révolutionna l’Éducation nationale, Stéphane Benhamou, 2015

    Quelle image reste-t-il de Jean Zay dans la mémoire collective française ? Davantage celle d’une victime de la barbarie que celle d’un grand homme d’État, semble-t-il. Et pourtant… Nommé à seulement 31 ans lors du Front populaire à la tête du ministère de l’Éducation nationale et des Beaux-Arts, Jean Zay se lance malgré tout dans un grand chantier d’innovation et de rénovation du système scolaire français.

  • Idée folle (Une), Judith Grumbach, 2016

    Tourné dans neuf établissements scolaires - publics et privés, de la maternelle au collège, aux quatre coins de la France - ce documentaire pose la question du rôle de l’école au XXIème siècle, à travers le témoignage d’enseignants, d’enfants, de parents ainsi que d’experts de l’éducation.

  • Droit à l'avenir, BAUDOIN Félix, BAUDOIN Lucile, MELZER Karine, 2011

    Cette présentation dynamique de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS) présente divers acteurs : associations d'aide aux familles et de services aux particuliers, associations sportives et d'éducation populaire, entreprises d'insertion, mutuelles, diverses sortes de coopératives, en particulier une SCOP (Société Coopérative Ouvrière de Pr

    Mot-clé : Education populaire

  • Hi-Ho Mistahey !, 2013

    L’histoire du « Rêve de Shannen », une campagne nationale pour que les enfants des Premières Nations aient accès à une éducation équitable et à des écoles sécuritaires et adéquates.

  • Navegar Amazônia, Jorge Bodanzky, 2008

    Navegar Amazônia, organisme basé à Macapá, travaille avec diverses communautés de l’État d’Amapá en utilisant plusieurs formes d’art et de technologie. À bord d’un bateau nommé Pasco Nunes, ces éducateurs effectuent un travail d’éducation environnementale, informatique, sociale et de préservation de leur culture en favorisant l’expérimentation et le développement personnel et global.

    Mots-clés : Education à l’environnement, Education

  • Enfants de la prairie (Les), Bertrand Leduc, Ugo Zanutto, 2016

    L’école de la prairie à Toulouse s’inscrit dans la démarche de l’éducation nouvelle. Les réalisateurs nous proposent de découvrir en immersion, le fonctionnement de cet établissement où le mode éducatif invite les enfants à devenir avant tout, eux-mêmes…

  • Bantu Education, Rina SHERMAN

    "aperçu intimiste d'un certain monde africain à Paris. Sud Africaine, styliste, Meisie Mosimane ou Sister Bucks, vient à Paris pour faire confectionner des vêtements par des couturiers maliens installés dans le quartier de la Goutte d'or. Sans parler un mot de français et, avec seulement quelques adresses en poche, Meisie se retrouve perdue à Denfert Rochereau le jour de son arrivée. C'est le début d'une aventure parisienne qui va durer deux semaines " -(Rina Sherman)

  • Crias da Piollin, Bertrand Lira, 2008

    A la fin des années 70, un groupe de jeunes occupe un monastère abandonné et crée un espace pour produire du théâtre (la Escola Piollin) ; cette expérience arrive à faire participer toute la communauté à un travail permanent d’art-éducation. C’est à partir de cette expérience qu’une des compagnies de théâtre les plus importantes du pays commence sa carrière. Le film « Crias da Piollin » raconte le parcours du groupe Piollin qui, au delà de sa trajectoire de succès, réalise des activités dans les écoles pour les enfants et les adolescents.

    Mot-clé : Education

  • Identity Shorts, LONGHOUSE MEDIA, 2012

    Séries de courts-métrages réalisés par des jeunes autochtones et produits par Longhouse Média dans le cadre d'une éducation aux médias sur le thème de l'identité.

  • Expérimenter l’auto-gestion : la SCOP LE PAVE - Franck Lepage- Gael Tanguy (version longue), 2017

    Mot-clé : Education Populaire

  • Demain, Cyril Dion, Mélanie Laurent, 2015

    Et si montrer des solutions, raconter une histoire qui fait du bien, était la meilleure façon de résoudre les crises écologiques, économiques et sociales, que traversent nos pays ? Les réalisateurs partent avec une équipe de quatre personnes enquêter dans dix pays. Durant leur voyage, ils rencontrent les pionniers qui réinventent l’agriculture, l’énergie, l’économie, la démocratie et l’éducation. En mettant bout à bout ces initiatives positives et concrètes qui fonctionnent déjà, ils commencent à voir émerger ce que pourrait être le monde de demain…

  • Cas d’école, Gilles Balbastre, 2015

    Comment, à partir d’un fait divers survenu dans un établissement scolaire, les médias remettent en cause le travail des personnels de l’Education Nationale ? Comment cet appétit du sanguinolent nuit à la finalité progressiste que peuvent avoir les services publics ? Plus généralement, en quoi les médias peuvent-ils être un danger pour la démocratie ?

  • Sur le chemin de l'école, Orhan Eskiköy, 2008

    Professeur des écoles, Emre est envoyé pour son premier poste dans un village du sud-est de la Turquie. Mais les élèves ignorent tout de la langue nationale et Emre ne parle pas un mot de kurde. En filigrane, une vérité se dessine : apprendre une langue pour réciter par cœur des slogans nationalistes turcs ressemble parfois plus à de la propagande qu’à de l’éducation. Oubliant la présence de la caméra, les enfants, les parents et le professeur dévoilent le quotidien d’un peuple étranger dans son propre pays ...

  • Education en résistance, Réalisation collective, 2000

    Dans leurs efforts pour résister et organiser l’autonomie de leurs communautés, les zapatistes mettront en place une éducation où se pratiquent les langues indiennes, où l’on cherche à respecter l’individu tout en lui expliquant son lien avec la communauté et ses traditions.

  • Je de mémoire, 2004

    L'association Kyrnéa, dont l'action à travers l'opération "Un été au ciné-cinéville" vise à favoriser l'éducation à l'image et l'accès aux pratiques cinématographiques, publie dans ce DVD un choix de films produits en 2003 dans le cadre du projet "Devoirs de mémoires", complété de témoignages de participants aux ateliers de réalisation. Les objectifs de cette opération sont : travailler autour de la mémoire commune et/ou individuelle, mémoire des gens, mémoire des sites, mémoire des populations issues de l'immigration ; proposer aux participants de se replonger sur la mémoire de leurs origines ; offrir aux participants la possibilité de réfléchir sur la transmission culturelle intergénérationnelle, sur la construction de leur identité et de prendre la parole.Les documentaires présentés abordent le thème de l'immigration sous différents angles : la question des origines à partir des récits et des paroles de femmes, d'hommes, d'adolescents, d'enfants, d'artistes (Sillons et sillages, Mon histoire dans l'histoire, D'ici et d'ailleurs), l'itinéraire d'une communauté (Du Cambodge à Annonay), le centre de Sangatte (D'une rive à l'autre), la tenue vestimentaire et les relations entre jeunes (Mode en France, Des filles et des garçons).

  • Racismo: Evidência, Reflexão e Luta, Margot Ribas, 2011

    Des étudiants, des professionnels, des politiciens, des militants et la population en général réfléchissent sur la persistance du racisme et sur ses implications dans les médias, l’éducation, la culture, le logement, l’emploi et les mouvements sociaux.

  • This is my land, Tamara Erde, 2014

    Quand l’éducation empêche le monde de changer… En 2013, pendant une année scolaire, la réalisatrice franco-israélienne suit plusieurs enseignants israéliens et palestiniens. En observant la réalité du quotidien dans les classes, ce documentaire démonte les programmes scolaires respectifs. This is my land examine la construction idéologique de « l’ennemi », le ferment des guerres futures.

  • Cécilia, école de la nouvelle culture (La), Edith Wustefeld, Johan Verhoeven, 2013

    Une école alternative, qui prouve qu’une autre éducation est possible. Des élèves de 4 à 18 ans qui apprennent dans un cadre complètement différent : aucun cours obligatoire, la liberté de choisir à chaque instant, des outils pour trouver son chemin, des relations d’égalité… Une école où les élèves ont envie d’aller

  • Révolution école 1918 - 1939, Joanna Grudzinska, 2013

    Au lendemain de la Première Guerre mondiale, des pédagogues d’un nouveau genre forment le projet révolutionnaire de changer le monde en faisant évoluer l’école. Une plongée dans le mouvement de l’Éducation nouvelle, florissant dans les années 1920, puis balayé par le totalitarisme. Tour d’horizon d’un héritage pourtant bien vivant.

  • SIDA, la guerre de trente ans, Frédéric Biamonti, 2013

    Il y a trente ans, l’équipe du Professeur Montagnier mettait un nom sur ce mal étrange venu des États-Unis qui en quelques semaines avait réduit à l’état de spectre plusieurs dizaines d’individus apparemment bien portants : le SIDA venait de débouler dans nos vies. Au delà des drames, la maladie a profondément bouleversé la société française. L’urgence d’une réplique a forcé les politiques à prendre à bras le corps des sujets tabous : l’homosexualité, la toxicomanie, l’éducation sexuelle… Trente ans plus tard, si la maladie tue toujours, la société Française est assurément plus généreuse et plus tolérante qu’en 1983…

  • Chasse au Snark (La), François-Xavier Drouet, 2013

    En Belgique, le Snark accueille une trentaine d’adolescents inadaptés au système scolaire à cause de graves troubles de comportement. L’éducation non-répressive qui y est pratiquée essaie de leur faire redécouvrir la nécessité des règles de la vie collective. Entreprise qui n’est pas assurée d’être couronnée de succès. Mais les éducateurs ne se donnent jamais le droit de baisser les bras.

  • Movimento, l’engagement de l’église brésilienne, LUNIERE Marcello, 2008

    Frère Betto est un homme engagé. Torturé en prison, il s’attachera à transmettre les fondements de son « éducation populaire » auprès de ses codétenus. Il participera au développement des grands mouvements sociaux au Brésil, en incitant les plus démunis à se regrouper en une force apte à se battre pour une plus grande justice sociale.

  • Pro dia nascer feliz, Joao Jardim, 2005

    Témoignages de collégiens sur leur vie quotidienne. Au delà du portrait de la jeunesse dans diverses écoles publiques au Brésil et la vision du personnel qui y travaille, ce documentaire donne à voir la fragilité du système d’éducation au Brésil et souligne les disparités sociales.

    Mot-clé : Education

  • Jeunesse amoureuse (Une), François Caillat, 2012

    Le narrateur raconte sa jeunesse amoureuse dans le Paris des années 1970 : un récit d’éducation sentimentale, à cœur et corps perdus ; une histoire intime autant que l’aventure d’une génération ; un film sur la difficulté d’aimer.

  • Avec Bachir, Rosalie Gladys Bessini, Abdoulaye Boka, Soumaïla Boureima, Soumaïla Diallo, Félix Mbog-Len Mapout, Bintou Fanta Coly, Delphine Yerbanga, Kiswendsida Parfait Kabore, Elzévie Pascale Touloulou, 2012

    Bachir est un jeune sénégalais qui pense la révolution à travers son slam. La révolution, dit-il, passe par l’accès à l’éducation, à l’information et à la culture. Nous avons décidé d’accompagner Bachir pour confronter ses compositions au contexte électoral du Sénégal. L’occasion est donnée à la population d’exprimer son ras-le-bol. Les gens crient, discutent, chantent et disent ce qu’ils n’ont pas pu dire aux politiciens jusqu’ici.

  • 3x4 - Retratos da juventude de Goiânia, Cassia Queiroz, Pedro Novaes, João Novaes, 2004

    Comprendre ce que signifie être jeune aujourd’hui. Le Brésil compte 33 millions de jeunes qui restent parfois en marge des politiques publiques. Cette vidéo souhaite montrer cet univers. Il est le fruit du travail du Groupe de recherche jeunesse et éducation (NUPE) de l’Université Catholique de Goias (UCG).

    Mot-clé : Education

  • Entre deux vies, Alberto, Shkendije, Abedin, Hordé, Imran, Sarah, Tresia, Petros, Souleymane, Mireille, Samuel. Atelier Passeurs d’images Limousin, 2010

    Film issu d’un atelier coordonné par Passeurs d’images (dispositif d’éducation à l’image) qui nous propose différentes visions de l’exil racontées par des demandeurs d’asile récemment arrivés à Limoges, après un long et douloureux voyage…

  • Ici et là-bas, Elise Picon, 2010

    En France et au Sénégal, deux écoles primaires correspondent, se filment et se rencontrent. Entre Dagana et Paris, des enfants s’écrivent. Puis, les lettres s’enrichissent de dessins, de photos et enfin de films. Il y est question du quartier des enfants, de leur vie quotidienne. Un engagement dans une démarche d’éducation au développement pour les enfants d’ici et là-bas.

  • École nomade (L’), Michel Debats, 2008

    En Sibérie orientale, des clans evenk, soucieux de préserver leur culture, aidés par l’anthropologue française Alexandra Lavrillier, ont mis en place un école nomade, homologuée par le ministère de l’Éducation russe. Outre un cursus scolaire classique, les enfants y étudient la culture, l’histoire et la langue evenk, mais surtout y apprennent la forêt et la vie nomade, l’objectif étant de leur donner les éléments pour qu’ils puissent assimiler modernité et tradition. L’école nomade est une belle réponse à ce défi.

  • Caminhando contra o vento - O Sol, Tetê Moraes, Martha Alencar, 2006

    Un journal, une génération, une époque. 1967/68: Manifestations étudiantes, festivals de musique, une génération à contre-courant. Au cœur de Rio de Janeiro, naît le journal de presse alternative O Sol, qui traite de sujets tels que la culture, la politique et l’éducation. Une expérience unique dans l’histoire du journalisme et de la culture brésilienne, qui a symbolisé l’esprit d’une époque. Inscrit dans le contexte de la « génération 68 », le film reconstitue l’histoire du journal à travers des archives, des rencontres et témoignages de personnalités qui ont participé à cette aventure journalistique, tels que Ziraldo, Chico Buarque, Caetano Veloso…

  • RESF : un réseau de résistances, Agathe Dreyfus, Christine Gabory, Ivora Cusack, 2007

    Série de cinq films d’actualités documentaires réalisés en 2006/2007 autour du Réseau Éducation Sans Frontières Bouches-du-Rhône (RESF13).

  • Sans Terre, Bérangère Jannelle, Stéphane Pauvret, 2007

    Douglas est acteur et metteur en scène de théâtre à Sao Paulo et militant du Mouvement des travailleurs ruraux sans terre (MST), l’un des mouvements altermondialistes les plus puissants d’Amérique Latine, au sein duquel il lutte pour la culture et l’éducation. Le film est le récit d’une aventure théâtrale menée par lui avec des jeunes paysans sur une fazenda inexploitée et conquise par le Mouvement.

  • Au-delà de l’eau, Didier Bergounhoux, 2007

    Didier Berghounoux a filmé la dynamique insufflée par Eau Vive, la participation active des villageois, qui se sont progressivement équipés en écoles, centres de santé, maternités… en partie financés par eux-mêmes ; des initiatives citoyennes qui leur permettent d’accéder aux soins et à l’éducation, mais aussi d’amorcer un développement économique.

  • Alphabet pour nos paroles (Un), Réalisation collective, 2006

    Ce film permet d’entrevoir les pratiques de l’éducation zapatiste.

  • La télévision, une compagne bruyante pour une solitude muette, BANDITS LONGS, CANAL +, BENGUIGUI Yamina, 1999

    Un film sur la place et le rôle de la télévision dans le quotidien d'un foyer de travailleurs migrants en 1969. Tantôt source de divertissement, d'éducation ou de plaisir, la télévision est cette petite fenêtre ouverte sur le monde et le pays d'origine. Elle est celle qui vient distraire d'un quotidien rythmé par la lessive, la cuisine et

  • L’avenir du Café des Enfants de Béthune, 2013

    Mot-clé : Education Populaire

  • École de la République (Une), Richard Hamon, 2003

    Une documentaire sur l’école Vitruve, créée en 1982 dans le but d’émanciper l’enfant par l’éducation, former l’individu grâce à une organisation et une gestion nouvelle de l’école. Cette scolarité différente veut intégrer les repères citoyens qui viennent à manquer dans notre société.

  • Enfants d’Arna (Les), Juliano Mer Khamis, 2003

    En 1989, Arna Mer Khamis, juive israélienne, crée un centre d’éducation alternatif dans le camp de réfugiés palestiniens de Jénine. Dans le théâtre qu’elle y fait construire, les enfants palestiniens peuvent exprimer leurs frustrations et leurs peurs quotidiennes

  • Bintou, Fanta Régina Nacro, 2001

    Un conte moderne et humoristique qui traite du respect entre homme et femmes, pour une égalité des droits à l’éducation et au travail.

  • Sur la trace des parents sauvages, Marioussa Louradour, 2000

    « En 1976, ma mère passait une petite annonce dans Libération. Elle cherchait d’autres parents pour bâtir un lieu de vie et d’éducation non autoritaire, ouvert aux jeunes enfants jusqu’à six ans. C’est ainsi qu’est née une des premières crèches parentales de Paris.

  • Sur la trace des parents sauvages, Maroussia Louradour, 2000

    En 1976, ma mère passait une petite annonce dans Libération. Elle cherchait d’autres parents pour bâtir un lieu de vie et d’éducation non autoritaire, ouvert aux jeunes enfants jusqu’à six ans. C’est ainsi qu’est née une des premières crèches parentales de Paris.

  • Lisette Vincent, une femme algérienne, Jean-Pierre Lledo, 1997

    Fille et petite-fille de colon, cette institutrice née en 1908 en Algérie, pionnière de l’introduction des méthodes de l’éducation nouvelle et adepte du naturisme dans les années trente, volontaire antifasciste de la guerre d’Espagne en 1938, seule femme d’Algérie condamnée à mort par Vichy en 1942 et engagée durant toute la guerre d’indépendance jusqu’en 1962, se considère en exil depuis son arrivée en France en 1972.

  • Hight School II, Frederick Wiseman, 1994

    Nouvelle observation du monde de l’éducation, cette fois-ci au sein de la Central Park East Secondary School, lycée pilote de Harlem réputé pour ses excellents résultats proposant des méthodes alternatives d’enseignements à destination d’élèves en grandes difficultés.

  • À Bamako les femmes sont belles, Christiane Succab-Goldman, 1995

    Rencontre sensible et respectueuse des femmes de Bamako et de Ségou qui construisent le Mali. Une vingtaine d’entre elles, de milieu et de niveau d’éducation différents, parlent de leur quotidien et le film fait ressortir la force de chacune.

  • Shanti... Century Not Out, CENTRE FOR EDUCATION AND DOCUMENTATION (CED), INDE, 2012

    En dépit du tsunami de 2004, Shanthi a choisi de se lancer dans une révolution aux multiples aspects. Elle a construit les premières toilettes dans sa maison. Grâce à ses efforts, il y a maintenant environ 200 toilettes Ecosan dans le village, le plus grand nombre dans un seul village en Inde. Le film met en avant le dynamisme des villageois p

  • Zahia Ziouani Une chef d'orchestre entre Paris et Alger, Valérie BREGAINT

    Zahia Ziouani a 32 ans, elle est la plus jeune chef d'orchestre française et dirige, en plus de sa carrière internationale, le Conservatoire de musique et danse de Stains (93). Ce "Portrait de Zahia en chef d'orchestre" est emblématique de l'aventure contemporaine d'une femme et d'une région, ainsi que des aléas de sa diversité. Il propose différentes rencontres entre Zahia et son entourage, l'orchestre et le public. Il nous mène sur les traces de cette jeune femme généreuse qui construit en brisant les préjugés : entre Paris et la banlieue, où elle accueille à Stains, en tant que Directrice du Conservatoire, des jeunes de trente nationalités différentes, entre la France et l'Algérie car elle y dirige l'Orchestre National en tant que Chef invitée depuis 3 ans. Le film aborde les questions qu'elle se pose en tant qu'actrice du monde musical dans l'Europe d'aujourd'hui : sur l'identité, l'éducation et le rapport aux médias, la création. Les réflexions et l'expérience de Zahia Ziouani ouvrent des perspectives, comme autant de promesses. À l'image de Zahia, le film engage aussi une recherche formelle portant sur les limites de la représentation.

  • Multi-handicapped, Frederick Wiseman, 1986

    Le quotidien de l’école Helen Keller, en Alabama, spécialisée dans l’éducation d’élèves handicapés et déficients sensoriels.

  • Mayante, Dominique Greusard, 1983

    Un regard simple et direct sur la vie d’un village africain et plus particulièrement sur l’éducation des enfants.

  • Educação popular e economia solidaria em Brasil, 2013

    Mot-clé : Education Populaire

  • Vivre ensemble

    "Ce DVD vidéo de 3 heures de programme interactif a pour ambition de guider d'une manière simple et ludique les jeunes de 5 à 10 ans dans leur découverte de la citoyenneté, en jetant des passerelles entre imaginaire, monde réel, témoignages vécus et décryptage des lois et principes démocratiques et républicains. Il propose neuf albums de la littérature jeunesse adaptés à l'écran pour rêver à un monde plus juste et plus fraternel ; des citations d'hommes et de femmes qui, au cours de l'Histoire, ont fait avancer les principes de liberté, égalité et fraternité ; des reportages sur l'application de la Convention internationale des Droits de l'enfant pour construire un monde plus digne ; des paroles citoyennes, comme celle d'Albert Jacquard, humaniste, ou de Jacques Hintzy, président d'Unicef France, pour rappeler que l'avenir de la planète concerne petits et grands ; des explications sur les valeurs de la République pour une éducation à la citoyenneté dès l'école."

  • Vacances au Pays, Jean-Marie TENO

    "Un voyage qui traque le fantasme de modernité qui hante la société camerounaise.Après les ravages de l'esclavage et de la colonisation, le continent africain est confronté à une autre sorte d'anéantissement : l'éducation qui pérennise dans les consciences, un complexe d'infériorité et de dépendance vis-à-vis de l'Europe et établit dans la société une hiérarchie au bas de laquelle se trouve le villageois. En refaisant ce voyage que je faisais il y a trente ans de Yaoundé, la grande ville vers Bandjoun, mon village, pendant les grandes vacances, j'essaie de cerner les espoirs, les regrets, les peurs et les frustrations des gens ordinaires face aux changements qui leur sont imposés. Le film interroge avec ironie la notion de développement, associée en Afrique à une modernité "tropicale" qui se résume dans la formule suivante : tout ce qui vient d'Europe est moderne, tout ce qui est local est archaïque et doit disparaître. Il part à la recherche de cette humanité qui semble disparaître progressivement en même temps que s'impose le modèle unique et global." "Vacances au Pays" est une réflexion personnelle sur l'obsession de modernité, un modèle de développement pour le moins problématique qui tourne le dos au progrès pour se conformer à n'importe quel prix à ce moule, fait de misère sans fin pour les uns et d'un contestable assistanat fort rentable pour les autres." - Jean-Marie Teno.

  • Trajectoires, SEBBAN Gabriel, SEBBAN Marie-José

    3 classes de 3 établissements d’Eure et Loir, partent en voyage à Paris à la Cité de l’histoire de l’immigration, avec des migrants. Les jeunes expriment leurs représentations et leurs repères sur l’étranger, les vieux, l’immigration, l’éducation. Les anciens d’origines diverses, confient leurs trajectoires de vie et leurs visions de la société. Les 2 générations se découvrent, se surprennent et se livrent parfois avec émotion et toujours avec bienveillance. La rencontre a eu lieu. (Résumé éditeur)

  • Salam Alikoum Bernard, Adam PIANKO

    Rencontre à Marseille avec l'humoriste Fellag, sur la scène du théâtre de La Criée où il présente son spectacle "Djurdjurassic Bled", et sur le front de mer ("l'Algérie, c'est juste en face"), pour des commentaires sur le même ton incisif que son one-man-show. En contrepoint, des spectateurs témoignent des rapports d'amour et de rejet entre l'Algérie et la France, et du choc des cultures (les modes de vie, les relations hommes et femmes, etc.). "On va couler la France. On va ramener tout notre savoir-vivre, la haute technicité, le désert clefs en main : on va s'intégrer par la désertification !" Le ton est donné, la gravité du sujet explose en éclats de rire. La responsabilité coloniale, la question identitaire, la censure politique et morale, la frustration de la séparation des sexes, l'ombre de l'intégrisme, tout y passe, mais avec légèreté. Deux Marseillaises d'origine algérienne et le mari de l'une d'entre elles évoquent le "bled" et l'Estaque, leur éducation, en France, par leurs parents nouvellement immigrés, et ce qu'ils transmettent à leur tour à leurs propres enfants. À l'heure du repas, le couple, jovial, discute et déjoue les clichés : lui aime le saucisson, alors qu'elle préfère ne pas donner de porc aux enfants. Fellag, après un faux salut, finit sur une note d'espoir pour l'Algérie et nous adresse une dernière pirouette : "La thérapie est terminée !" M.G./ (Marie-Christine Balcon, CNC-Images de la culture)

  • Raconte moi la guerre sans nom, Véronique GARCIA

    Raconte-moi la guerre sans nom s'interroge sur la façon dont l'Education Nationale aborde l'enseignement de la Guerre d'Algérie. Le fil rouge du documentaire est constitué de séances de cours et de débats filmés dans une classe de Terminale. Il est ponctué de témoignages de personnes appelés du contingent, pieds-noirs, harkis ayant vécu en Algérie durant ces années, et ayant choisi de transmettre leur expérience. La juxtaposition de ces témoignages émouvants montre, s'il est besoin, qu'il y a autant de guerres d'Algérie que de protagonistes, et donne également l'occasion d'aborder la question lancinante des rapports entre la mémoire et l'histoire.

  • Passe le périph' d'abord, Jean-Marie MONTALI, Bruno VICTOR-PUJEBET

    "Alix, Tania et Carlotta sont parisiennes. Alison, Deguene et Wafae sont clichoises. Elles ont entre 17 et 18 ans, elles sont élèves en terminale et appartiennent à deux lycées différents : Jean-Racine est à Paris, dans le 8e arrondissement et Alfred-Nobel est situé à Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis et en zone d'éducation prioritaire (ZEP). Tout les sépare. Tout, c'est-à-dire le périphérique et une montagne de préjugés. Ces jeunes filles ne se seraient jamais rencontrées si leurs lycées ne les avaient pas lancées dans une aventure pédagogique inédite : reconstituer un procès d'assises pour comprendre le fonctionnement de la justice. Ce procès, encadré par maître Jean-Pierre Mignard, un ténor du barreau de Paris, se déroule dans l'enceinte historique du Palais de justice de Paris. Les élèves y jouent tous les rôles, des accusés aux avocats en passant par le procureur et les jurés populaires. Un exercice pratique en situation quasi réelle qui leur permet de mieux comprendre la mécanique judiciaire. Le film les a suivies pendant quatre mois. Pour nos caméras, elles ont aussi accepté de relever un autre défi : traverser le périphérique pour changer de lycée et vivre quelques jours les unes chez les autres. Les Clichoises s'installent dans les familles parisiennes, et les Parisiennes dans les familles clichoises. Il s'agit de voir en quoi, d'un côté ou de l'autre du périphérique, les vies de ces adolescentes sont si différentes..."

  • Les enfants du Borinage, Patrick JEAN

    Après la vision de "Misère au Borinage" de Storck et Ivens, je décide de retourner au Borinage, lieu de mon enfance, pour écrire une lettre-film à Henri Storck à propos de la misère sociale qui s'est perpétuée jusqu'à mon époque. Faux candide, je découvre dans les quartiers les plus pauvres, les conséquences les plus ignobles de l'horreur économique. [...]Pauvres de générations en générations, les personnages sont des "désaffiliés" pauvres parce qu'inutiles à l'intérieur d'une société qui n'a plus besoin de leur main d'½uvre non qualifiée, ils sont tout simplement oubliés. Leur misère est avant tout intellectuelle, leurs enfants se retrouvent souvent dans des écoles pour handicapés mentaux légers parce qu'ils ne sont pas stimulés par leur milieu. D'autres ne vont pas à l'école du tout. Privés d'éducation et d'instruction, les générations se suivent et perdent jusqu'à leur capacité de revendiquer. A force d'être méprisés, il se méprisent eux-mêmes. Ils souffrent en silence dans une violence de tous les jours. (Patric Jean)

  • La tribu Akbal, Bernard CORTEGGIANI

    Trois générations d'une famille issue de l'émigration algérienne nous font partager leur quotidien ; la caméra parfois met en scène, mais jamais ne commente. Les sujets abordés portent sur les différences culturelles, notamment la notion de respect, la transmission des cultures, l'intégration, l'ouverture à la société française, etc.Le père est venu travailler en France, puis il a fait venir sa femme, et les huit enfants y sont nés. Dans un premier temps, la mère cherchait à tout prix à apprendre le français, elle écoutait les radios françaises plutôt qu'arabes ; aujourd'hui, quand elle cuisine, elle chante toujours des chansons kabyles. Les enfants ont choisi d'habiter en cité ou en pavillon, dans la banlieue de Paris ou en Lorraine. Certains ont fait circoncire leurs fils sans se poser de questions, d'autres attendent qu'ils soient grands pour prendre la décision. Pour cette deuxième génération "la famille a bien poussé" et c'est à la mère que l'on doit cela ; elle est l'exemple de ce qu'il faut faire pour l'éducation des enfants. Quant aux petits-enfants, le "bled" est avant tout leur livre de grammaire... (Nathalie Magnan, CNC-Images de la culture).

  • La télévision, une compagne bruyante pour une solitude muette, Yamina BENGUIGUI

    Des images fugitives d'un foyer de travailleurs migrants, en 1969. Trente ans plus tard, Yamina Benguigui s'y attarde pour saisir les bribes d'un quotidien rythmé par la cuisine, les repas et les jours de lessive. Une monotonie que, seule, la télévision parvient à rompre, offrant une ouverture sur le monde et sur le pays d'origine. Instrument d'éducation, de jeu ou de plaisir, c'est une amie fidèle pour lutter contre l'ennui. C'est sur le ton de la confidence que retraités ou actifs nous ouvrent les portes de leur univers télévisuel. Pour l'un d'eux, qui vit au foyer depuis trente ans et passe maintenant ses journées allongé devant l'unique chaîne de son poste qu'il bichonne, tous les jeux sont bons à regarder afin de ne pas laisser le cafard l'envahir. Pour certains, grâce aux antennes paraboliques, la petite lucarne suscite l'espoir d'apercevoir un ami ou un membre de la famille dans les rues d'Alger... Ainsi, l'Algérie devient plus proche qu'autrefois. Pour d'autres encore, le plaisir d'écouter "ceux qui savent bien parler, comme les journalistes ou les ministres", est une motivation pour suivre journaux d'informations, reportages et documentaires. Et puis, il y a les séries où "les policiers ne sont pas contre nous, mais contre les voleurs et les assassins !". Quelqu'un résume la situation : "La télévision est l'amie de tout le monde." (Sadia Saïghi, CNC-Images de la culture)

  • La rime et la raison, Francis GUIBERT

    A travers une huitaine de cités françaises, sont présentés différents modes d'expression du mouvement hip-hop (rap, raggamuffin, tag, graf, squat). Dans les sound systems ou interviews, les jeunes - noirs, blancs et beurs - disent haut et fort leur inquiétude et leur révolte. Sont notamment montrés les groupes connus de l'hexagone : Massilia Sound System et IAM. A Saint-Denis, Strasbourg, Marseille ou Bordeaux, les rebelles de la rime fustigent la drogue, l'injustice, le racisme et la marginalisation à laquelle le système les condamne. Ils réclament l'égalité des chances, une véritable éducation. "Dans le rap, l'agressivité est canalisée artistiquement pour éviter des crimes", témoigne l'un d'eux. Des images de Vaulx-en-Velin rappellent la colère des laissés-pour-compte. On voit des jeunes peindre un graf géant sur un mur. D'autres expliquent pourquoi ils squattent un appartement. IAM interprète la chanson "Non soumis à l'Etat" au centre des jeunes détenus de Fleury-Mérogis. Pour Massilia Sound System, le "posse" (groupe, famille) de Marseille qui "parla patois", le rap est "une façon d'utiliser les medias pour s'adresser au monde." (Fara C., CNC-Images de la culture)

  • La baraque de Monsieur Hadj, Daniel PELLIGRA

    "Depuis la baraque de son jardin familial, Mohamed Hadji raconte sa vie, l'éducation de ses enfants, dans un français aux couleurs de la Méditerranée. " (D. Pelligra).

  • invitation à quitter la France, Marion STALENS

    Elèves au Lycée Jules Ferry à Paris, Ivan, colombien, et Rachel, camerounaise, sont sous le choc de la lettre de la Préfecture reçue à leurs 18 ans, les "invitant à quitter la France dans un délai d'un mois". En suivant au plus près la mobilisation des enseignants, lycéens et parents d'élèves pour soutenir Ivan et Rachel dans leurs démarches, Marion Stalens retrace les solidarités spontanées qui déclenchèrent le Réseau Education sans Frontières. Leur vie bascule. Ivan et Rachel, culpabilisés, réalisent qu'ils sont des sans papiers, avec, pourtant, "des liasses de papiers compliqués à remplir" comme ironise la déléguée des parents d'élèves. La solidarité s'organise : accompagnement des élèves à la Préfecture, pétitions, banderoles aux fenêtres du lycée. Premier succès : la délivrance d'une Autorisation provisoire de séjour. Mais tout reste à faire. En salle des profs, les discussions sont vives : certains prônent le soutien au mérite, d'autres que tous les élèves ont le droit de rester en France. Peu à peu, on sort des cas particuliers pour entrer dans une prise de conscience plus collective sur la nécessité d'un choix de société. Le tout nouveau RESF est contacté pour défendre les dossiers à la Préfecture et "semer les germes d'un engagement citoyen". Rachel et Ivan vont finalement obtenir leur titre de séjour. Ce qui ne sera pas le cas de Jeff, un autre élève, dont tous vont tenter, jusqu'à l'aéroport, d'empêcher l'expulsion.(Doucha Belgrave - CNC-Images de la culture)

  • Ici et là-bas, Elsa PICON

    "Tourné entre Paris et Dagana, le film "Ici et là-bas" part à la rencontre des acteurs directs du partenariat Vitruve / Dagana (membres de l'association Réunion Dagana, réalisateurs, enfants, professeurs, parents d'élèves, ...), de ses premiers pas à la conception et à la mise en place de la réalisation des lettres filmées, en passant par la diffusion des films à Dagana et à Paris, le tout couvrant plusieurs années de travail sans faille. Il s'agit d'explorer la question du dialogue et de l'échange via la mise en place du projet sur toute sa durée, de ses origines écrites à la création de l'association "Réunion Dagana", en passant par la conception d'une correspondance filmée engageant une structure de financement et une logistique beaucoup plus ambitieuses. "Ici et là-bas" s'attache à explorer la trace sensible laissée par l'aventure du tournage chez les élèves de Vitruve et de Dagana : la pratique artistique est un des points centraux du projet. L'expérience très forte du tournage des lettres filmées, à Dagana, a mobilisé une quantité d'énergies de la part du village tout entier (familles, parents d'élèves, voisins, etc.) dont le film recueille les témoignages sur le terrain. La diffusion des films à Dagana et à Paris, enfin, fut un moment clé de cette expérience. "Ici et là-bas" explore toutes les facettes de cette aventure (éducation à l'image, pratique artistique, dialogue interculturel) en se situant à la fois dans une perspective intime (le recueil d'une parole fragile) et collective (la question du projet en tant que structure)." -(Arcadi)

  • Histoire sans papiers, Anice CLEMENT, Mélanie Claudine TRASCHLER DUMOULLIN

    Juan est colombien, il a 11 ans et vit en France depuis 6 ans. Les lois Sarkozy de juin 2006 on fait de lui et de sa famille des sans papiers. Pour Juan, Lorena sa mère et Jairo son père, chaque jour est un jour d'angoisse, l'angoisse de la rafle, de la reconduite à la frontière. Cependant, le soutien s'organise autour d'eux, avec les parents référents et le réseau Education sans frontières.

  • Enquête d'identité, Mohammed LARKÈCHE, Seddik LARKÈCHE

    Loin des discours éculés et condescendants, Seddik et Mohammed Larkèche proposent une réflexion intelligente, profonde et résolument optimiste sur les problèmes d'insertion des populations immigrées dans la société française. Les témoignages d'acteurs sociaux et économiques alternent avec les interventions de chercheurs au CNRS, et confèrent à ce film une approche à la fois théorique et solidement ancrée dans le réel. Pour les uns, historien, sociologue, démographe, les problèmes d'insertion de la communauté algérienne proviennent des contentieux historiques d'une guerre fratricide, de la difficulté d'accepter l'égalité avec un peuple anciennement colonisé, de l'absence de volonté politique et de relève pour assurer sa promotion, de la télévision qui renvoie une image négative des Maghrébins. Pour les autres, tous enfants d'immigrés - une jeune commissaire de police, une avocate, un cardiologue, des chefs d'entreprise -, c'est le pragmatisme qui prévaut. Pour eux, la base de toute insertion sociale et culturelle passe d'abord par : la réussite économique, "un état d'esprit de gagneur", le refus de toute ghettoisation, faire de sa différence un atout, croire en l'éducation. Si ce kaléidoscope d'opinions diverses et variées donne à réfléchir, toutes rappellent de ne "jamais renoncer à son identité". (Sadia Saïghi, CNC-Images de la culture)

  • Enfants valises, Xavier de Lauzanne

    En France, l'école a pour obligation d'accueillir tous les mineurs de moins de 16 ans, français ou étrangers, en situation légale ou non. Pour de nombreux adolescents migrants, ballotés d'un continent à l'autre, elle incarne un espoir de stabilisation et d'intégration. Le réalisateur Xavier de Lauzanne a posé sa caméra sur les bancs de l'école où Aboubacar, Dalel, Hamza, Thierno et Tako font leurs premières armes... Jolis portraits d'ados aux parcours de vie tortueux, dont l'espoir réside dans l'éducation... (Résumé éditeur)

  • Café ou thé?, MOULAï Olivier

    Réalisé dans le cadre du programme départemental d'éducation artistique et culturelle pour les collèges de l'Hérault : résidence de recherche et de création au collège Arthur Rimbaud, Montpellier Le déracinement se raconte à travers le goût du thé ou du café. Ces récits de vies, faits de rêves accomplis et de désillusions, contribuent à l'élaboration d'une histoire de l'exil plus universelle. Les gestes répétitifs de la préparation du breuvage, ses goûts et ses senteurs font resurgir en nous le passé le plus lointain. Mais comme le café ou le thé, la mémoire retrouvée et partagée peut laisser parfois un goût sucré, doux ou amer...... (Présentation éditeur)

  • A l'impossible chacun est tenu, Alain SAULIERE

    Reportage au Havre, quartier du Bois de Bléville, été 1997. Les quelque 6 000 habitants de cette banlieue décrétée zone franche veulent croire, malgré les doutes, au renouveau de leur quartier. Une mutation engagée par les élus, mais aussi par les associations locales impliquées dans l'amélioration de la vie quotidienne, l'éducation, l'alphabétisation et la création de nouveaux emplois. "Avant, c'est nous qui salissions, maintenant, c'est nous qui nettoyons." De début 96 à fin 97, 35 emplois ont été créés dans ce quartier, 19 de plus aux alentours et cette nouvelle embauche a fait régresser la petite délinquance liée au chômage. Les jeunes du quartier entretiennent les (rares) espaces verts, l'association africaine s'attache à alphabétiser les parents et à proposer des activités aux enfants après l'école : soutien scolaire, mais aussi ateliers et fêtes... Parallèlement, à la régie de quartier, élus, éducateurs et associatifs s'appliquent à créer des passerelles entre banlieue et ville, à inciter les entreprises à s'installer dans la zone franche et à pérenniser les structures mises en place. (Doucha Belgrave, CNC-Images de la culture)

  • 95.5 spécial dédicace, Marie DOLEZ

    Née en 1993 dans un collège de Mantes-la-Jolie, Radio droit de cité se bat six ans plus tard pour obtenir du CSA le partage de la fréquence détenue par l'Education nationale. Marie Dolez suit pendant plusieurs mois les différentes étapes d'une émancipation qui soulève, non sans heurts, le débat du passage d'une pratique amateur au professionnalisme. Avant tout outil d'intégrations sociale et professionnelle, RDC gagnera son pari. Et si Radio droit de cité contribuait à changer l'image et la réputation du Val-Fourré, ce quartier de 28 000 habitants majoritairement immigrés ou issus de l'immigration dont 25% sont au chômage ? Les quatre-vingt jeunes qui l'animent, pour la plupart bénévoles, s'y emploient. L'équipe permanente, quant à elle, cherche une reconnaissance professionnelle, synonyme de plus d'autonomie. Lors de réunions parfois houleuses, on met à plat les financements, on redéfinit les stratégies. Quelle identité ? Quelle cible ? Quel code de conduite adopter ? Entre deux émissions musicales ou de micro-trottoir, où certains animateurs en sont encore à leurs balbutiements, on assiste aux visites du sous-préfet - qui affirme préférer le "liant social" à la "pagaille" -, du ministre de la Ville, Claude Bartolone, et du sociologue Pierre Bourdieu. (Marie-Christine Balcon, CNC-Images de la culture)

  • L'urgence de ralentir, CINÉTÉVÉ, ARTE FRANCE, BORREL Philippe, 2014

    Comment, dans un monde où l’accélération s’impose en règle, des initiatives émergent pour redonner sens au temps et inventer de nouveaux modèles pérennes. Aux quatre coins de la planète, des citoyens refusent de se soumettre au diktat de l'urgence et de l’immédiateté, pour redonner sens au temps. En Europe, aux États-Unis, en Amér

    Mot-clé : Education populaire

  • Université populaire audiovisuelle : Cinquième année 2013-2014, ASSOCIATION CANAL MARCHES, 2014

    4 court-métrages réalisés dans le cadre de l'UPOPA - une Université Populaire Audiovisuelle dédiée à la formation de militants et d'associations à l'usage de la caméra - relatant autant de luttes : luttes pour les droits des femmes, de la France à l'Espagne ; luttes pour le droit au logement et contre les locations abusives à Bondy ou Sa

    Mot-clé : Education populaire

  • Comment j'ai détesté les maths, HAUT ET COURT, PEYON Olivier, 2013

    Les maths vous ont toujours barbé ? Vous avez toujours pensé qu'être nul en maths était une fatalité ? On aurait pu se contenter d'en rire si elles n'avaient pris une telle place dans notre société : Apple, Google, Goldman Sachs ne sont plus qu'algorithmes et formules mathématiques. Ce film nous raconte comment les mathématiques ont boulev

    Mot-clé : Education

  • La cour de Babel, SAMPEK PRODUCTIONS, LES FILMS DU POISSON, BERTUCCELLI Julie, 2013

    Ce film raconte l'histoire de collégiens venus du monde entier qui, à leur arrivée en France, se retrouvent dans une classe d'accueil. Là-bas, ils y apprennent le français, partagent leurs expériences, construisent ensemble et remettent en cause nombre d'idées reçues sur la jeunesse et l'intégration.

    Mot-clé : Education

  • Roms - Roumains en résistance, AUBERTIN Sylvia, 2012

    Sur ce DVD, six documentaires suivent pas à pas la vie de familles roumaines à Houilles et Choisy-le-Roi alors qu'elles sont expulsées par les autorités.

    Mot-clé : Education

  • Message in a bottle, FAIR TRANSLATION, E-GRAINE D'IMAGES, 2012

    Depuis 2010, l'Assemblée Générale des Nations Unies reconnaît l'accès à l'eau potable et à l'assainissement comme un droit de l'homme, mais tous n'y ont pas accès. La famille Kiagi découvre la situation au Mali et cherche des solutions.

    Mot-clé : Education

  • Just People, WIETSMA Annegriet, 2011

    « Just People » relie le passé et le présent dans un superbe tissu mondial d'images et de pensées, laissant la question finale aux téléspectateurs : ce que vous souhaitez être, une personne juste ou juste une personne ? (résumé de l'éditeur)

    Mot-clé : Education

  • Just shoot me, Claudia Nunes, 2010

    Selon l’ONU, les enfants des rues sont environ 150 millions. 40% d’entre eux sont sans domicile. En Amérique Latine, il sont 40 millions. Ce documentaire résulte d’un projet d’atelier audiovisuel réalisé dans l’ancien centre de mineurs de Goiás, au Brésil. Les enfants prennent la caméra et l’utilisent pour s’exprimer et lutter contre le silence. Ce matériel a été tourné il y a près de vingt ans, sur une durée de deux années. Claudia Nunes en a d’abord fait un court métrage, « Numéro Zéro », puis, après avoir retrouvé et filmé certains protagonistes, elle a remonté l’ensemble.

    Mot-clé : Education à l’image

  • Aventure nommée Brésil (Une), Kakie Roubaud, 2010

    Comment un pays grand comme deux fois l’Europe invente la démocratie participative : tout juste sorti de la dictature à la fin des années 1980, le Brésil adopte une constitution progressiste et tente de prendre à bras-le-corps la violence urbaine, la sécheresse, la déforestation, le pillage des ressources naturelles… Des problématiques mondiales, auxquelles il cherche des solutions inédites, multipliant les expérimentations « citoyennes ».

    Mot-clé : Education

  • Le sens du développement : Droits fondamentaux et gouvernance, COMITE CATHOLIQUE CONTRE LA FAIM ET POUR LE DEVELOPPEMENT (CCFD) TERRE SOLIDAIRE, 2010

    Deux outils sont proposés au public adulte : un photo-langage sur le thème général "Droits fondamentaux et gouvernance" et une vidéo qui illustre la question des droits fondamentaux et de la gouvernance à partir de l'exemple spécifique des migrants. Pour le public jeune, un éclairage spécifique et ludique est apporté sur les DESC.

    Mot-clé : Accès à l'éducation

  • Peace Making, TSO Rachel, 2010

    Le film a été réalisé dans une école maternelle navajo, la Star School, dans le Sud-Ouest des Etats-Unis, qui se base sur le manuel du Dr Mark Sorensen et de Thomas Walker Jr pour la résolution des conflits.

    Mots-clés : Education à la paix, Education

  • Water makes money, HERDOLOR Lorenz, LESLIE Franke, 2010

    Comment les multinationales transforment l'eau en argent. La privatisation, on l'apprécie le premier jour quand on examine le produit de la vente, mais elle perd bien vite toute influence sur la qualité. Véolia a augmenté le prix de l'eau tout en négligeant la qualité de l'entretien ce qui lui a permis de faire plus de profit. Une entreprise

    Mot-clé : Education à l'environnement

  • La fin de la pauvreté, DIAZ Philippe, 2010

    De nombreux économistes, politiques, experts d'institutions internationales, dont Stiglitz, montrent que la pauvreté est la conséquence de l'exploitation de certains pays par d'autres, depuis les colonisations jusqu'à l'exploitation des ressources naturelles et la dette. La seule solution pour en finir avec la pauvreté est de changer radicalem

    Mot-clé : Accès à l'éducation

  • Rêver Noisy en 2020, PICON Elise, 2009

    Des élèves de 3e imaginent ce que sera Noisy-le-Sec en 2020 en filmant leur ville et les dessins et collages qu'ils ont réalisés pour illustrer leurs propos.

    Mot-clé : Education populaire

  • Abuela Grillo, Denis Chapon, 2009

    Le court-métrage d’animation Abuela grillo est une adaptation d’un mythe ayoreo, peuple amérindien nomade. La version animée de cette histoire devient une fable qui aborde une question clée dans le monde contemporain : la lutte des peuples contre la marchandisation de l’eau.

    Mot-clé : Education à l’environnement

  • Chroniques du temps présent en Seine Saint-Denis, CENTRE MEDIA LOCAL (CML), 2009

    Depuis janvier 2008, le Centre Média Local de Seine-Saint-Denis propose des séries d’actualités locales diffusées au cinéma l’Ecran de Saint Denis en première partie des séances cinéma. Chaque programme d’actualités, d’une dizaine de minutes est diffusé trois fois dans la semaine, en avant programme des long-métrages.

    Mot-clé : Education

  • Volontariat d'initiation : solidarité vidéastes, 2009

    Douze jeunes de 16 à 25 ans ont participé à l'atelier "Solidarité vidéastes" en 2009. Le résultat : cinq films réalisés afin de partager leurs rencontres. Ils racontent ainsi l'histoire de chantiers de solidarité consacrés à la rénovation d'une école pour permettre l'accès aux enfants à mobilité réduite à Safi (Maroc), à la revé

    Mot-clé : Education à l'environnement

  • Janadesh 2007 : For a Fistful of Land, SAUGUES Sébastien, 2008

    Du 2 au 29 octobre 2007, 25000 sans-terre et "sans droits" - femmes, paysann-e-s, Dalits, Adivasis - parcourent à pieds, les 350 kilomètres qui relient Gwalior à New Delhi. Cette marche à l'initiative d'Ekta Parishad, un mouvement d'inspiration gandhienne, est un ultimatum adressé au gouvernement : résoudre les problèmes fonciers ou faire fa

    Mot-clé : Education populaire

  • Villa El Salvador, les bâtisseurs du désert, RODRIGO Jean-Michel, JULY Evelyne, RODRIGO Jean-Michel, PAUGAM Marina, 2008

    Voici l'histoire de Villa el Salvador, « la ville du Sauveur », qui a surgi dans les année 70 au milieu d’un désert situé au sud de Lima, quand des paysans, des ouvriers, des marchands ambulants, des sans emploi, des « sans toit, sans droit, sans voix » s'unirent pour avoir le droit de s'installer et construire de leurs propres mains l

    Mots-clés : Education populaire, Accès à l'éducation

  • Casa Engraçada (A), Pascale Hannoyer, 2008

    L’association carioca « Se essa rua fosse minha » accueille des enfants des rues et des jeunes de favelas autour d’activités de cirque. Témoignages de l’espoir suscité par ce projet social.

    Mot-clé : Education

  • Génération Favela Chic, André Galego Boselli, 2008

    André filme ses camarades brésiliens, venus, comme lui, faire une partie de leurs études à Paris. Se considèrent-ils privilégiés d’avoir les moyens de vivre une telle expérience ? Quel est leur rapport aux inégalités sociales, eux qui viennent d’un pays où elles sont jugées immenses ? Se sentent-ils plus en sécurité en France ?

    Mot-clé : Education

  • Calango Lengo, Fernando Miller, 2008

    Calango Lengo, du Nordeste du Brésil, doit accomplir son destin sans avoir de quoi manger. Mais avec la sécheresse, il n’y a pas d’autre destin que de vivre en fuyant la mort, comme la souris fuit le chat.

    Mot-clé : Education à l’environnement

  • March Point, TOM Travis, RECTOR Tracy, SILVERSTEIN Annie, CLARK Nick, CAYOU Cody, 2008

    2008. Cody, Nick et Travis, trois adolescents swinomish, souhaitent réaliser un film de gangsters ou une vidéo de rap. Mais, au lieu de cela, il leur est demandé d’enquêter sur l’impact des deux raffineries situées sur les terres de leur communauté. March Point les suit alors qu’ils en viennent à mieux se comprendre, à appréhender le

    Mot-clé : Education à l'environnement

  • J’habite le français, BRIET Chantal, 2008

    À Paris, Majouba, Huan Xiao, Moumita, Gounda, Chonchucha et Moindze se rendent à "La Maison du Bas-Belleville", dans l’espoir d’apprendre ou d’améliorer leur français. Ainsi, le temps d’un premier entretien avec des formateurs, des hommes et des femmes de tous continents vont nous laisser entrevoir quelques fragments de leur histoire et

    Mot-clé : Education

  • Cinema engenho, Dácia Ibiapina, 2007

    José Ribeiro de Medeiros, né en 1923, nous raconte son passé de projectionniste ambulant dans les usines et les villes de l’intérieur de l’Etat du Paraíba. Dans son garage, entouré de sa collection de projecteurs, il évoque son travail, de village en village, de fête en fête et son envie de transmettre cette collection à son petit-fils.

    Mot-clé : Education à l’image

  • Teatro Mascarado na Bahia, David Van de Woestyne, 2007

    Un ancien théâtre dans un petit village dans l’Etat de Bahia est occupé et récupéré par des jeunes. Ils réaménagent le théâtre et commencent à produire des activités culturelles. Le film présente l’une de ces activités, une formation au théâtre de masques. Les jeunes construisent leurs masques, répètent et  font des exercices pendant trois semaines. A la fin, ils invitent les riverains pour une présentation de leur travail.

    Mot-clé : Education

  • Ici et là-bas, PICON Elise, 2007

    Ici et là-bas, à Dagana au nord du Sénégal et à Paris dans le XXe arrondissement, deux écoles primaires font le choix d’échanger et de correspondre. Les enfants communiquent, d’abord par écrit, et la lettre s’enrichit d’images, dessins et photos. Puis le concours de professionnels du cinéma permet d’animer ces échanges et les le

    Mot-clé : Education

  • Agentes da libertade, Felipe Wainer, 2006

    Illustration par l’exemple d’une favela, du travail des agents de la liberté, programme d’aide à la réinsertion et au soutien des proches. Réflexion sur la justice, la prison et ses échecs.

    Mot-clé : Education

  • Gente luta mas come fruta (A), Isaac Piyãko Ashaninka, Bebito Piyãko Ashaninka, 2006

    Le peuple Ashaninka, vivant à la frontière péruvienne, a vu son territoire délimité en 1992. Avec la destruction de la forêt, les invasions de différentes populations sur leurs territoires, ne pouvant plus vivre de la chasse, la pêche et du bois, ils ont commencé à produire des objets d’artisanat. Puis ils ont décidé d’une planification pour la faune et la flore en éduquant les plus jeunes à la préservation des plantes et des animaux.

    Mot-clé : Education à l’environnement

  • Mestre Leopoldina, a fina flor da malandragem, Rosa La Creta, 2006

    Mestre Leopoldina nous raconte sa vie et, par la même occasion, nous décrit l’univers et l’évolution de la capoeira, ainsi comme sa philosophie.

    Mot-clé : Education

  • Caminho da Escola Paraná, Heloisa Passos, 2006

    Un film sur les enfants des travailleurs da Serra Do Mar qui doivent faire jusqu’à 4 heures de marche par jour pour aller à l’école.

    Mot-clé : Education

  • Lévi-Strauss : Saudades do Brasil, Maria Maia, 2005

    Reconstitution de l’expérience qu’eut Claude Levi-Strauss au Brésil dès 1935. Claude Levi-Strauss fut alors professeur invité à la USP (Université de São Paulo). Des extraits des textes de Claude Levi-Strauss sont lus, ainsi que des lettres de Dina Dreyfus, son épouse. Avec la participation de Claude Levi-Strauss lui-même, et aussi d’autres grands chercheurs, et notamment de Caetano Veloso.

    Mot-clé : Education

  • Amapá, Pierre-Yves Dougnac, 2005

    L’Amapá vécut entre 1994 et 2002 une expérience de développement durable initiée par la volonté politique. Sénateurs, policiers, instituteurs, ouvriers agricoles, commerçants, témoignent de cette aventure. Le film nous entraîne dans le quotidien des diverses communautés vivant au bord de l’Amazone dans l’Etat de l’Amapá.

    Mot-clé : Education à l’environnement

  • Mini cine Tupy, Sergio Bloch, 2002

    Pendant la semaine, José Zagati collecte des cartons pour les recycler. Le dimanche, il projette de vieux films dans son garage pour les enfants du quartier. Une salle de cinéma montée de toutes pièces avec du matériel récupéré.

    Mot-clé : Education à l’image

  • Famille Zhang, GIANOTTI Mika, 2002

    "Paris, Troisième arrondissement - Chine, région du Wenzhou. Entre ces deux petits points de la mappemonde, c’est une histoire de plus de soixante-dix ans, très peu connue : recrutement de main d’œuvre d’abord, puis migration en continu.

    Mot-clé : Education

  • Casa menina mulher, Nicola Avanzini

    Recife, la Casa Menina Mulher accueille des jeunes filles, des communautés pauvres de Recife qui ont eu une vie très déstructurée et ont déjà été confrontées au sexe, à la drogue etc… Leur reconstruction passe par des activités culturelles et pédagogiques. (Attention 2 interventions en italien non sous titrées)

    Mot-clé : Education

  • Misère au Borinage, Joris IVENS, Henri STORCK

    "Crise dans le monde capitaliste. Des usines sont fermées, abandonnées. Des millions de prolétaires ont faim ! C'est sur ces mots de manifeste et de révolte que s'ouvre ce film fondateur du cinéma belge et une des références les plus importantes du film documentaire. En 1932, une grande grève avait paralysé les charbonnages de Wallonie et la réponse patronale et policière avait été sans pitié, le tout dans la sous-information et l'indifférence de la majorité du pays. André Thirifays, Pierre Vermeylen et tous les jeunes gens du club de l'écran indignés décidèrent de témoigner de cette misère noire avec leur arme à eux, une caméra. Aidés par un médecin et un avocat, avec très peu d'argent, devant se cacher de la police mais soutenus par toute la population, le tournage se passa dans des conditions difficiles et exaltantes. Le film est dur, magnifique. Il a gardé toute sa force, son impact émotionnel d'indignation et de compassion. Il a donné à la classe ouvrière les images les plus fortes de son histoire et de ses luttes. Parmi elles : les expulsions, l'entassement des enfants dans les maisons taudis, leurs visages émaciés et absents, la procession avec le portrait de Karl Marx, le ramassage du mauvais charbon sur les terrils à l'aube, le mineur mendiant etc., sans oublier le choc du raccord des plans : les maisons vides, alors que des sans-abri dorment dehors, une quasi-famine et aucune aide tandis que des sommes importantes sont dépensées pour la construction d'une église..."

  • Tukki Bi, Jenny MAGGI, Dame SARR

    "Dame Sarr, lors d'un voyage de retour dans sa communauté d'origine à Louga au Sénégal, interroge les habitants autour de la migration. Jeunes qui rêvent de partir, agriculteurs, pêcheurs, acteurs du développement, femmes de migrants et le marabout de la communauté dévoilent au fil des conversations leur image de la migration. La compréhension des causes et des conséquences de la migration sénégalaise est illuminée par la perspective de ces divers acteurs." Université de Genève

    Producteurs : Université de Genève. Section des sciences de l'éducation

  • Au diapason de la diaspora, Jenny MAGGI, Dame SARR

    "" Université de Genève

    Producteurs : Université de Genève. Section des sciences de l'éducation

  • Aimé Césaire, Euzhan PALCY

    "1ère partie : L'île veilleuse, 55 min. La vie, l'oeuvre et l'action politique du poète. Césaire nous fait découvrir sa Martinique. 2ème partie : Au rendez-vous de la conquête, 57 min. L'éthique, la théorie et la philosophie de la Négritude. La rencontre de Césaire, étudiant à Paris, avec des intellectuels africains dont Senghor. 3ème partie : La force de regarder demain, 52 min. Comment trouver la force après les désillusions de la décolonisation, les dérives de la Négritude, les échecs du « tiers mondisme » et face à la crise planétaire. En complément : Un recueil de textes conçu à partir d'interviews menées par Euzhan Palcy et Annick Thiéba Melsan. Au fil de l'alphabet une promenade dans la vie de Césaire: les souvenirs d'enfance, les combats politiques, les amitiés. De la poésie, Aimé Césaire disait : « Elle est cette démarche qui, par le mot, l'image, le mythe, l'amour et l'humour, m'installe au c½ur vivant de moi-même et du monde. Le poète est cet être très vieux et très neuf, très complexe et très simple, qui, aux confins vécus du rêve et du réel, du jour et de la nuit, entre absence et présence, cherche et reçoit dans le déclenchement soudain des cataclysmes intérieurs le mot de passe de la connivence et de la puissance. »"- (M3M)

    Producteurs : Saligna and so on (prod.) Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO)